Un marketing digital qui donne des résultats
MENU

Comment Google se transforme en moteur de réponse et pas seulement de recherche

04 Nov
2018

Google devient de plus en plus un moteur de réponse

Depuis quelque temps, Google change de peau, passant d’un moteur de recherche classique à une forme que l’on pourrait qualifier de « moteur de réponses » : nous avons rapporté quelques exemples au cours des derniers mois, avec des boîtes absolues apparaissant à la place des SERP traditionnelles lorsqu’on demande des informations précises sur la météo, les calculs et les horaires, et depuis quelques jours, une nouvelle fonctionnalité spéciale est réservée aux utilisateurs de Big G.

Comment Google se transforme en moteur de réponse et pas seulement de recherche
Comment Google se transforme en moteur de réponse et pas seulement de recherche

Nouveau pour les recherches Google

Instructions pour les recherches Google
Instructions pour les recherches Google

Depuis le 19 octobre, en effet, toute personne tapant les mots-clés « navigation », « navigateur », « direction » et « directions » dans la barre de recherche de Google aura une petite surprise : une boîte interactive apparaîtra sur la page dans laquelle le moteur de recherche demandera à l’utilisateur « où voulez-vous aller ? », avec le point de départ et la destination du voyage que la personne a potentiellement l’intention d’effectuer. En outre, en indiquant les destinations, la carte du trajet est affichée, comme cela se fait normalement dans l’application Maps, avec les éventuelles « déclinaisons » du trajet en voiture, à pied, en transports publics et à vélo. Par rapport aux questions et réponses sèches des mois précédents, dans ce cas, la SERP reste visible, intégrée précisément à la nouvelle boîte.

Une boîte avec des instructions de voyage

Google Search Directions
Google Search Directions

Ce petit exemple représente une nouvelle étape dans la stratégie de « cannibalisation » que Google poursuit, car il pousse d’abord vers le bas les résultats des SERP et, en même temps, les services GPS tels que TomTom et Garmin qui tentent de se positionner sur le moteur de recherche pour les requêtes relatives à la navigation et aux activités connexes : comme on peut le voir dans les captures d’écran, outre la boîte Google, des résultats génériques de type populaire (encyclopédies telles que Wikipédia ou dictionnaires) apparaissent sur la page, favorisant ainsi une intention de recherche informationnelle par rapport à une intention transactionnelle ou de navigation.

Une fois de plus, de manière plus générale, Google démontre qu’il veut être le point de référence unique de l’expérience en ligne de l’utilisateur qui a un besoin quelconque : au lieu d’être redirigé vers un service de navigation (et de ne même plus avoir à cliquer sur l’application Maps), chacun pourra désormais planifier et programmer ses déplacements directement à partir de la page principale de Google, en recevant immédiatement les indications et les détails du trajet.

Ben Gomes parle de la façon dont Google change

Navigation de recherche Google
Navigation de recherche Google

C’est le responsable du moteur de recherche et vice-président du géant de Mountain View, Ben Gomes, qui a exposé une partie des stratégies et de la vision du groupe, en rédigeant un billet sur le blog officiel de l’entreprise à l’occasion du 20e anniversaire de Google, célébré il y a quelques semaines, et en tirant un peu les fils de cette histoire extraordinaire. Tout d’abord, au début, il y a 20 ans, la mission était « d’organiser les informations du monde entier d’une manière universelle, accessible et utile ». Un objectif qui, à l’époque, semblait « incroyablement ambitieux », même si l’on considère qu’en 1998, le web ne comptait « que » 25 millions de pages, soit l’équivalent des livres d’une petite bibliothèque.

Vingt ans plus tard, le but est toujours de fournir des informations

Vingt ans plus tard, le monde a changé à une vitesse probablement inimaginable et aujourd’hui, Google indexe des centaines de milliards de pages, c’est-à-dire plus d’informations que toutes les bibliothèques du monde entier ne peuvent en rassembler.

C’est encore Gomes qui souligne, non sans fierté, que l’entreprise s’est « développée pour servir des personnes dans le monde entier, offrant des recherches dans plus de 150 langues et 190 pays ». Cette expansion n’a cependant pas fait perdre de vue la mission originelle de Google, qui continue à « fournir l’accès à l’information comme l’âme de notre travail, tout comme le jour où nous avons commencé », déclare le vice-président, qui ajoute ensuite que si presque tout a changé en ce qui concerne les technologies et les informations qui peuvent être obtenues, « les principes de base des recherches Google sont restés les mêmes ».

Google reste concentré sur l’utilisateur et son expérience

Une mission qui peut se résumer à « être centré sur l’utilisateur », comme le dit Gomes, qui apporte aussi des exemples concrets : que l’on cherche des recettes, des statistiques pour un examen, des indications sur l’endroit où aller voter, « nous veillons à servir aux gens les informations dont ils ont besoin ». Et l’effort consiste à rendre ces données aussi pertinentes, de haute qualité et rapides que possible : c’était « vrai lorsque nous avons commencé avec l’algorithme Page Rank, la technologie de base du moteur de recherche, et c’est toujours vrai aujourd’hui ».

Sur le plan pratique, le vice-président explique que « nous étudions des milliards de requêtes chaque jour, et 15 % de ces recherches sont nouvelles, d’un type jamais vu auparavant ». Compte tenu de ce facteur, « la seule façon de fournir des réponses efficaces est d’adopter une approche algorithmique, qui nous aide à résoudre non seulement les questions que nous avons déjà vues hier, mais aussi toutes celles que nous ne sommes pas en mesure d’anticiper pour demain ».

L’avenir des recherches en ligne

Si telle est l’histoire (en résumé) de Google, Ben Gomes indique également les directions à prendre pour l’avenir, en anticipant ce que sera le prochain chapitre du moteur de recherche (et de nous tous), sous l’effet de trois changements fondamentaux dans notre façon de concevoir la recherche. La première étape consiste à « stocker » des données sur les activités, les intérêts et les loisirs afin d’aider les gens à poursuivre leurs recherches et à satisfaire leurs besoins d’information, notamment en matière de voyages (Nick Fox en parle également ici).

Le deuxième point concerne la réduction progressive des SERP au profit d’un nouveau mode d’obtention de l’information, qui fait apparaître directement un résultat « zéro » même si l’on n’a pas de question précise à l’esprit sur la base des « informations pertinentes liées aux intérêts des utilisateurs ». Enfin, on assiste à une transition du texte vers un mode de recherche d’informations plus « visuel », avec l’introduction d’un contenu plus visuel au détriment des recherches textuelles classiques et une refonte complète des images de Google pour aider les internautes à trouver plus facilement des informations.

Les applications possibles de l’appariement neuronal

En arrière-plan, il y a donc les arguments concernant l’impact (pour l’instant seulement théorique) des intelligences artificielles et des réseaux neuronaux, qui pourraient représenter une nouvelle révolution dans la façon de comprendre la recherche, en permettant de transformer les mots en représentations plus nuancées des concepts sous-jacents et, ainsi, de faire correspondre les concepts de la requête avec les concepts du document (Ben Gomes parle de correspondance neuronale), en répondant aux recherches par les résultats les plus pertinents pour cette requête, même si les mots exacts ne sont pas contenus dans la page.

Les transformations du SEO et de la recherche de mots-clés

Que signifie tout cela pour ceux qui opèrent sur le Web ? Pour l’instant, nous nous concentrons sur les éléments concrets, en attendant de savoir quelles pourraient être les transformations également pour le SEO tel que nous le connaissons aujourd’hui, et en particulier nous devons également raisonner sur le changement dans la façon dont les utilisateurs abordent désormais la  » barre de recherche  » : plutôt que de chercher réellement quelque chose, dans la plupart des cas, ils attendent désormais une réponse précise et spécifique, qui peut leur permettre de satisfaire le besoin qui a motivé l’action.

Lectures supplémentaires

Analyser les résultats zéro pour comprendre ce que Google aime

Inévitablement, ce processus affecte également nos activités et, concrètement, la recherche de mots-clés à effectuer avant de créer un nouveau contenu : aujourd’hui, sur Google, les internautes posent des questions et attendent des réponses, et ceux qui parviennent à intercepter ce besoin ont donc plus de chances d’être bien positionnés.

Un outil qui pourrait s’avérer utile à cet égard est la fonction innovante appelée « Résultats zéro », une analyse des extraits placés au premier plan par le moteur de recherche. Comme nous le savons, Google place cet extrait en haut des dix résultats de la première page (c’est pourquoi il est appelé « zéro »), et en sachant quels sites Big G « aime », il est possible de développer des stratégies plus ciblées et efficaces.

En pratique, l’utilisation de cette fonctionnalité permet non pas tant d’atteindre l’objectif de devenir le résultat zéro de Google pour cette requête donnée (ce qui pourrait ne pas apporter le retour attendu en termes de bénéfices), mais plutôt de comprendre comment Google pense, et pourquoi il a favorisé un contenu et un site plutôt qu’un autre, grâce justement à l’analyse de ceux qui ont déjà atteint le featured snippet au premier plan.

C’est aussi à travers ces investigations que l’on peut creuser la cible à laquelle on s’adresse, qu’il faut ensuite évidemment  » chouchouter  » aussi avec les bons mots-clés suggérés par la suite, afin de répondre aux attentes des clients potentiels avec une stratégie de content marketing qui favorise la visibilité et l’utilisabilité maximales des contenus proposés.

Articles similaires
Tous les algorithmes Google combien y en a-t-il ?
Algorithme Google

Combien y-a-t-il d'algorithmes Google et ses changements pour le SEO On va lister ici les principales mises à jour de Read more

Phantom 4 l’update qualité de l’algorithme Google juin 2016
google phantom 4 seo

Phantom 4, l'update qualité de l'algorithme SEO Google de juin 2016 Google aurait fait une mise à jour de son Read more

Interstitiels intrusifs sur mobile pénalisés par Google
Google traque les interstitiels intrusifs

Google lutte contre les interstitiels intrusifs sur les mobiles Les pages qui montrent des interstitiels intrusifs offrent une mauvaise expérience Read more

Google Penguin 4.0 en temps réel dans l’algorithme
Google penguin 4.0

Google Penguin 4.0 est passé en temps réel dans l'algorithme, ce qui induit d'importantes fluctuations de Ranking Depuis le 23 Read more

Nicolas Schiavon
author

Après 22 ans dans le monde de l'automobile et après avoir créé plusieurs sites internet de vente de voitures, dont le premier en 1997, et les premières pages Facebook de garage automobile, mais aussi dans d'autres domaines, Nicolas décide de mettre son savoir faire en marketing digital au services des entreprises qui décident de renforcer leur présence sur Internet. Assurer la visibilité des clients sur le digital, en les accompagnant dans leur transformation digitale et augmenter leur taux de convertion en générant des leads qualifiés grâce au référencement Google de notre agence SEO Metadosi.

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

"Chez Metadosi, nous pensons qu'avoir des valeurs fortes est très important. C'est pourquoi nous avons pensé qu'il était important de vous en parler"

Pin It on Pinterest