Un marketing digital qui donne des résultats
MENU

Tag WordPress, au-delà du mythe SEO : à quoi servent-ils et comment bien les utiliser

10 Mai
2022

Tags : ce qu’ils sont et comment les utiliser correctement sur le site

Il s’agit essentiellement de balises de sujet, avec lesquelles on marque les pages et les articles liés par sujet pour permettre aux utilisateurs de naviguer dans le sujet rapidement et efficacement, en découvrant tout le contenu similaire : autour du sujet des tags, et en particulier des Tag WordPress, il y a cependant encore beaucoup de confusion et de nombreux mythes, qui les lient également à des avantages potentiels pour le référencement. Voyons ce que sont les tags, comment les utiliser et à quoi elles servent vraiment – spoiler : pas d’avantages directs pour le SEO, mais un moyen de classer les articles dans des taxonomies plus conviviales.

Tag WordPress, au-delà du mythe SEO : à quoi servent-ils et comment bien les utiliser
Tag WordPress, au-delà du mythe SEO : à quoi servent-ils et comment bien les utiliser

Que sont les tags ?

Les tags sont simplement un élément HTML exprimé par des mots-clés spécifiques que nous pouvons ajouter via le CMS à tout type de page web que nous publions sur le site. Elles servent essentiellement à identifier ce contenu grâce à l’utilisation de certains mots-clés qui décrivent et résument ses principaux concepts, comme les protagonistes d’une histoire (pour un article d’actualité) ou les caractéristiques du produit (pour les pages de produits du commerce électronique).

Concrètement, il s’agit d’un système que l’on trouve sur WordPress et d’autres CMS pour aider le propriétaire du site à organiser les différents contenus, en facilitant la navigation et l’accès des utilisateurs : lorsque nous ajoutons un nouveau tag, nous créons une page conteneur dans laquelle nous pouvons ensuite regrouper les articles liés à un sujet particulier, permettant ainsi aux visiteurs de découvrir tous les articles identifiés par ce tag particulier en un seul clic sur l’étiquette.

Par exemple, si vous tenez un blog de cuisine et publiez différents types de recettes, vos tag WordPress pourraient inclure « Recettes de salade », « Recettes de soupe » et « Recettes de poulet ».

Les caractéristiques des étiquettes

La fonction des tags et du balisage est d’aider à relier entre eux des articles apparentés ; techniquement, ils peuvent rassembler plusieurs contenus différents, pas nécessairement liés à la même catégorie, car ils constituent une règle de classification et de tri alternative aux sous-catégories, dans laquelle la sélection des documents est développée horizontalement (taxonomie horizontale) et sans hiérarchie, utile surtout pour faciliter la recherche des utilisateurs à l’intérieur du site.

D’un point de vue pratique, nous pouvons associer une balise ou une liste de balises à une page web ou à tout autre type d’information présente sur le web ; généralement, le CMS affichera la liste des balises sous forme de liens sur la page web concernée, permettant au visiteur de localiser facilement d’autres pages liées à une balise donnée. Si nous voulons « reclasser » la page, il nous suffit de modifier la liste des balises à partir des paramètres, et automatiquement les connexions entre les différentes pages changeront également grâce au mécanisme spécifique de balisage, qui ne suit donc pas le système hiérarchique complexe des catégories.

En utilisant la même balise sur plusieurs pages, on agrège tous les documents que l’on souhaite lier entre eux en fonction de la catégorie à laquelle ils appartiennent (ils peuvent en effet être utilisés dans différentes catégories) et sans limites quantitatives : il est possible de créer une infinité de tag et de baliser un contenu avec un nombre infini de balises, bien que cette pratique ne soit pas recommandée.

Il est évident qu’une utilisation irréfléchie et non optimisée des balises crée une redondance et expose le site à des risques, non seulement en rendant la navigation plus difficile, mais aussi en nuisant au référencement en termes de pages non optimisées, d’expansion quantitative et de gaspillage du budget de crawl.

En outre, un autre aspect controversé du balisage est qu’il ne fournit généralement pas d’informations sémantiques, ce qui est particulièrement pénible en cas d’homonymie et de termes se rapportant à des domaines différents (« pêche » pour sport/pratique ou fruit, par exemple, ouvre des contextes complètement différents), ce qui entraîne des connexions inappropriées entre les pages « balisées ». La sélection des balises est également un facteur hautement subjectif, car les gens peuvent utiliser des termes très différents pour décrire le même concept – un problème qui est surmonté par la recherche de mots-clés sur le sujet.

Tag WordPress, tout ce que vous devez savoir

Le moyen le plus simple d’ajouter des tags est donc de passer par WordPress, qui utilise les balises comme descripteurs du contenu, qui, selon le thème, peuvent être invisibles ou affichées sur la page, apparaissant sous ou au-dessus du contenu de l’article.

Il n’y a pas de limite au nombre de balises WordPress qui peuvent être ajoutées, et nous pouvons potentiellement créer un millier de balises ou plus et les attribuer à divers articles : évidemment, c’est une pratique qui n’est absolument pas recommandée. Certains disent qu’il est normalement suggéré de s’en tenir à un maximum de 10 balises par article. …. OUPS, moi je vous dirais une au max ?

Comment ajouter des balises au contenu dans WordPress

D’un point de vue pratique, l’ajout d’étiquettes à votre site WordPress est une opération très simple : à partir du tableau de bord d’administration, il suffit de rechercher « Articles », puis d’utiliser le menu déroulant pour trouver la section « Étiquette », en cliquant dessus, vous ouvrez un écran où vous pouvez gérer vos tags.

De cette façon, nous pouvons mettre en place la page d’archives créée par les étiquettes et nous occuper de son optimisation.

On peut également ajouter des tags directement dans un article en cherchant la case qui se trouve généralement à droite de l’écran : il suffit de taper les étiquettes que l’on souhaite dans la zone de texte, en les séparant par une virgule.

Ajout d’un tag : ce qu’il faut savoir et ce qu’il faut prendre en compte

Comme mentionné ci-dessus, l’ajout d’un tag qui n’a jamais été utilisé auparavant génère automatiquement la création d’une nouvelle page collectrice. Lorsque nous utilisons ce tag sur un article, il est ajouté à l’archive avec les autres. De cette façon, lorsque le lecteur clique sur la balise qu’il a trouvée dans un article qui a suscité son intérêt, il trouvera un aperçu complet de tous les articles sur ce sujet ; dans le même temps, Google comprendra que tous les articles de cette archive ont quelque chose en commun.

Utiliser les tags de manière trop désinvolte, en ajoutant 10-20 nouvelles balises à chaque article, revient donc à créer des dizaines de pages d’archives qui risquent d’être inutiles, voire nuisibles : lorsqu’une page d’archives de tag ne contient qu’un ou deux articles, elle n’a pratiquement aucun sens car elle n’aide pas les utilisateurs à en savoir plus sur le contenu connexe, ni Google à comprendre de quoi parle le site, ne faisant qu’aggraver les performances globales du domaine, inutilement alourdi.

C’est pourquoi, lors de l’ajout d’un tag, il convient d’évaluer son utilité future, en vérifiant tout d’abord s’il existe déjà des balises dans le sujet à utiliser, quels sont les autres sujets connexes et s’il existe un meilleur mot-clé à utiliser pour identifier le sujet. Pour être utiles, en fait, les balises ne doivent pas être « inventées », mais faire état de mots ou d’expressions existants que les gens recherchent, éventuellement le résultat d’une recherche stratégique de mots-clés.

La différence entre les tags et les catégories

À ce stade, il est utile de se rappeler quelle est la différence entre les catégories et les tags sur WordPress et d’autres CMS, car ce n’est qu’en comprenant cet aspect que nous pouvons éviter de tomber dans des erreurs qui compromettent les performances du site.

Les catégories sont le système le plus général de regroupement des contenus sur un site WordPress, qui exige en fait l’indication obligatoire d’une catégorie (au moins) pour chaque nouvel article, qui sera sinon marqué de manière générique parmi les « Uncategorized » (ce qui, après tout, est toujours une catégorie), alors que l’ajout de balises n’est pas obligatoire.

Une catégorie symbolise un sujet ou un groupe de sujets qui sont liés entre eux d’une manière ou d’une autre ; pour utiliser une analogie, elles sont un peu comme des « conteneurs » qui rassemblent les pages du site, tandis que les tags servent à identifier plus précisément le contenu individuel grâce à une série de « mots-clés ». Dans un sens, les catégories sont donc censées indiquer le genre de l’article, tandis que les balises vont beaucoup plus loin et indiquent les éléments individuels dont traite l’article. Plus précisément encore, les catégories permettent de hiérarchiser les pages, tandis que les balises permettent de regrouper le contenu sur un même sujet, en fournissant des informations sur des détails spécifiques des articles et en permettant de micro-catégoriser les différents éléments de contenu.

Une autre différence entre les catégories et les tags réside dans la hiérarchie : les catégories suivent un ordre hiérarchique strict, et nous pouvons donc créer des catégories imbriquées (sous-catégories), tandis que les tags ne sont pas hiérarchiques mais indépendantes. C’est une autre raison pour laquelle, bien que cela soit possible, il est conseillé de ne pas affecter un message à plus de deux ou au maximum trois catégories, alors qu’il n’y a pas de limite aux tags qui peuvent être insérées.

Ou, pour mieux dire, la limite est celle du bon sens : le but de ces éléments est d’organiser le contenu de la meilleure façon possible pour en faciliter l’accès au lecteur, sans exagérer en ajoutant de nouveaux tags à chaque page créée ou en signalant des dizaines de tags inutiles, comme mentionné ci-dessus.

Les catégories et les tags sont deux exemples de système de taxonomie pour le site qui, s’il est utilisé correctement, peut améliorer l’expérience utilisateur et le référencement du site, mais qui, utilisé incorrectement, peut créer des problèmes. S’ils sont manipulés avec soin, les visiteurs peuvent naviguer dans le contenu, parcourir les articles liés à ce qu’ils lisent et rester plus longtemps sur le site.

Mais une utilisation imprudente peut causer divers problèmes, à commencer par des pages de catégorie et des pages de balises avec du contenu dupliqué, qui, en pratique, se cannibalisent et se font concurrence, ce qui rend difficile pour Google de comprendre laquelle récompenser par une visibilité dans les SERPs, en évaluant la plus pertinente entre une catégorie et une page de tags.

En définitive, nous devons concevoir le site en pensant aux utilisateurs, en nous rappelant que tous les moteurs de recherche veulent montrer aux utilisateurs le contenu qui leur sera le plus utile.

Les tags et le référencement : une amélioration directe du classement ou un simple mythe ?

Après ces considérations introductives, il est temps de se pencher sur la relation (supposée) entre les tags WordPress et le référencement, puis d’apprendre quelques techniques pour rédiger des tags efficaces.

Disons-le tout de suite : il n’y a pas d’influence directe entre le taggage et le classement, et cette pratique ne donne aucun avantage pratique pour le référencement (mais paradoxalement, en abuser peut, comme mentionné plus haut, alourdir le site, détériorer l’UX et avoir un impact négatif sur le référencement du site dans son ensemble).

Pourtant, de nombreux sites (et personnes) continuent d’utiliser les balises dans WordPress à la recherche d’un mythique coup de pouce au référencement, convaincus que le fait de baliser un article avec de nombreux mots et expressions peut être une astuce pour garantir à la page une meilleure chance d’être classée dans les résultats de recherche. En réalité, cette pratique est préjudiciable car elle crée du désordre et rend plus difficile pour votre lecteur d’utiliser les balises WordPress comme elles sont censées l’être.

Ainsi, en soi, les balises (et les catégories) ne sont pas essentielles pour le référencement, mais elles peuvent influencer d’autres éléments qui affectent le classement des moteurs de recherche, comme l’expérience utilisateur globale du site, et plus généralement elles peuvent améliorer la « relation » entre le site et les lecteurs, en les convainquant d’explorer plus en profondeur les sujets qui les intéressent dans d’autres articles, qu’ils peuvent facilement trouver grâce aux balises.

Lectures supplémentaires

Meilleures pratiques de référencement pour écrire des tags et les gérer correctement

Le dernier point qui reste à explorer est donc celui des meilleures pratiques de référencement pour les tags : si nous pensons que notre contenu peut réellement bénéficier de l’utilisation de tag WordPress, nous ne pouvons certainement pas les écrire sur un coup de tête et attribuer des noms aléatoires à des groupes de contenu.

Il faut du soin, de la patience et de la prévoyance pour effectuer une analyse ciblée et comprendre quels tags WordPress utiliser et quels termes sont les plus adaptés à nos objectifs. Comme toujours, nous pouvons commencer par analyser la concurrence pour voir comment se comportent les principaux concurrents et pour identifier ce que recherchent les utilisateurs potentiels du site web, obtenant ainsi les premières indications sur les bons termes à utiliser dans les balises.

Avant de publier les balises, il est également bon de créer un plan d’organisation pour éviter de publier trop de pages et de les remplir avec un ou deux messages seulement : il est plus utile de limiter le nombre de tags, en les attribuant soigneusement aux pages de contenu qui sont réellement liées.

Un plan préventif permet également d’assurer la cohérence : de nombreuses personnes s’embrouillent avec les tags au singulier et au pluriel et ne se souviennent pas de celle qu’elles ont utilisée auparavant (bien que WordPress puisse suggérer les balises qu’elles ont utilisées auparavant), risquant ainsi de créer des balises très similaires et de finir par séparer le contenu au lieu de le regrouper. Par exemple, dans un blog de cuisine, 10 articles sont étiquetés avec l’étiquette « salades » et 10 autres avec l’étiquette « salade », ce qui donne lieu à deux pages d’archives qui ne servent pas à grand-chose, voir à se cannibaliser.

Lors de la création du tag, il est également important de s’assurer qu’elle ne relie pas le message actuel à un autre message déjà publié.

Enfin, nous en arrivons à trois conseils essentiels, que nous avons déjà mentionnés dans une certaine mesure dans les paragraphes précédents :

  1. N’ajoutez pas trop de tags à un article, mais utilisez-les à bon escient.
  2. Ne dupliquez pas les catégories et les étiquettes et n’utilisez pas les mêmes termes dans les catégories et les étiquettes. Ce choix est source de confusion pour les moteurs de recherche et les visiteurs du site : nous devrions plutôt utiliser des catégories pour les sujets plus généraux et des étiquettes pour les sujets plus spécifiques cross-catégories (par exemple, « entrées », « plats » et « desserts » sont des catégories et « recette françaises », « recettes italiennes » des tags).
  3. Je ne vois pas l’intérêt de marquer avec noindex les pages d’archives de tags. Cela va manger du budget de Crawl. Si les pages de tag n’ont pas besoin d’être indexées par Google, pour éviter le contenu dupliqué avec les catégories, par exemple, ne les créez pas. Pensez à faire des silos SEO à la place.

Nicolas Schiavon
author

Après 22 ans dans le monde de l'automobile et après avoir créé plusieurs sites internet de vente de voitures, dont le premier en 1997, et les premières pages Facebook de garage automobile, mais aussi dans d'autres domaines, Nicolas décide de mettre son savoir faire en marketing digital au services des entreprises qui décident de renforcer leur présence sur Internet. Assurer la visibilité des clients sur le digital, en les accompagnant dans leur transformation digitale et augmenter leur taux de convertion en générant des leads qualifiés grâce au référencement Google de notre agence SEO Metadosi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest