Comment le digital perturbe l’industrie automobile

11 Nov
2017
L'expérience digitale perturbe l'industrie automobile

Selon le CCFA : Comité des Constructeurs Français d’Automobiles, le secteur automobile français génère un chiffre d’affaires annuel d’environ 101 milliards d’Euros, employant 440 000 personnes.

Et même si beaucoup de choses ont changé au cours des 131 années qui se sont écoulées depuis la Fardier de Cugnot de 1771 et le brevet de voiture à moteur, de Carl Benz en 1886, première voiture avec moteur à combustion interne, l’expérience de la transaction n’a pas tellement évolué à certains égards (tout comme les voitures d’ailleurs). Certaines personnes préfèrent aller chez le dentiste plutôt que chez un concessionnaire car elles sont terrifiées à l’idée de se faire arnaquer ou de subir des pressions.

Création de site internet automobile

Nous avons parcouru un long chemin et les comportements des consommateurs ont changé et les attentes ont augmenté. Alors que l’iPhone a dix ans, nous ne pouvons ni imaginer ni sous-estimer combien les smartphones ont changé la vie des consommateurs pour toujours.

Le digital transforme tous les aspects de l’automobile

Les profits des concessionnaires sont érodés par les canaux digitaux et ils ne veulent pas que le modèle d’achat de voitures change par peur du changement et diminue encore les profits. Cependant, beaucoup de startups et de fabricants adoptent le changement, indépendamment du fait que certains concessionnaires ne veulent pas de changement. Hyundai a lancé «Click to Buy» en janvier de cette année, permettant aux utilisateurs d’acheter une nouvelle voiture en ligne, sans marchandage, à des prix fixes.

Peugeot ‘Order Online’, au Royaume-unis, lancé en même temps, vous permet de configurer une voiture, d’obtenir une estimation de reprise de votre voiture garantie pour votre voiture existante et de financer le véhicule à l’aide d’une série d’offres de financement, en 30 minutes environ. Citroen fait la même chose au Bresil.

Gratification instantanée

Carvana aux États-Unis a créé un grand distributeur automatique de voitures, mais cela témoigne du fait qu’aux États-Unis, il y a plus d’espace pour stocker des milliers de voitures, ce qui signifie que vous pouvez acheter une voiture et en sortir presque instantanément. Au Royaume-Uni, il est encore relativement difficile d’obtenir une voiture sans avoir à négocier, à passer du temps à rendre visite à des concessionnaires, à remplir des papiers de financement et à revenir plus tard ou un autre jour. .

Les profits sont comprimés sous tous les angles

D’un point de vue marketing, Google possèdent la porte d’entrée des ventes de voitures d’occasion au France. 68 % des acheteurs de voitiures d’occasion utilisent Google. La bonne occasion. Là encore, Google est la première destination pour 68% des acheteurs de voitures d’occasion. Longue route au search, +5% en 2014, +13% en 2015, +15% en 2016 et vraisemblablement 15% en 2017. Les acheteurs auto utilisent de plus en plus le moteur de recherche. source Google. C’est officiel, le moteur de recherche est passé devant les site de petites annonces, la Centrale et le Boncoin dans le parcours de début de recherche d’une voiture d’occasion.

Un concessionnaire automobile appelle Google « gangsters », parce que « vous devez les payer ». Cependant, une approche efficace et coordonnée de publicité au CPC peut générer de gros bénéfices pour les concessionnaires qui sont assez intelligents pour investir et être intelligents (exemple: Peugeot en Allemagne augmente le trafic de 20% en veillant à ce que les annonces Google de CPC soient pertinentes pour la localisation, cliquez sur l’appel a été démultiplié et qu’il était coordonné sur 140 sites de concessionnaires.

Comment nous sentons-nous chez les concessionnaires ?

Le modèle de la façon dont les utilisateurs achètent des voitures doit changer pour convenir à l’ère du «Créer sa sélection», du «Creuser le prix», du «Affiner son choix» « Rechercher la meilleure offre » et du «Chercher où acheter». des moments).

Que les choses doivent changer, ce n’est pas une nouvelle façon de penser. En 2015, Accenture a interrogé 10 000 personnes aux États-Unis et dans une poignée d’autres pays sur l’achat de voitures. Les résultats ont montré que, étant donné l’opportunité, ils envisageraient de faire l’ensemble de leur processus d’achat, de la découverte au financement, à la paperasserie et à la livraison, tous en ligne.

Dans un monde où le téléphone mobile que nous portons dans notre poche est plus puissant que les ordinateurs qui ont envoyé le premier homme sur la lune, il est étonnant que ces tâches ne soient pas plus largement adaptées à la mentalité en ligne.

Marketing digital automobile

Comme mentionné ci-dessus, une entreprise qui cherche à capitaliser sur ces changements de comportement est Carvana aux Etats-Unis. Il livrera maintenant les véhicules achetés directement à votre porte et a changé ses concessionnaires en machines distributrices grandeur nature. Ces types d’expériences, où les concessionnaires sont retirés de l’équation, ne sont pas encore largement adoptés. Certains ont commencé l’expérience. Je ne doute pas que les facteurs et technologies extrinsèques vont complètement changer la façon dont les concessionnaires opèrent et peuvent menacer leur rôle dans l’écosystème, mais pour l’instant, leur place dans le processus d’achat d’un acheteur de voiture se sent cimentée.

Changer en magasin

L’expérience de la concession est largement inchangée depuis des décennies. Audi a des unités de réalité virtuelle qui amassent la poussière. Certains showrooms de concession ont de beaux affichages numériques, ou proposent des expériences avec écran tactile. L’essai routier est encore assez bête et plus rare. Vous donnez votre permis de conduire et rien ne se passe avec ces données. Vous personnalisez et configurez une voiture, puis vous devez répéter le processus dans le showroom. Si vous dites que vous voulez une voiture d’occasion chez un concessionnaire de voitures de luxe, vous pouvez être dirigé vers une arrière cour aux quatre vents.

L’achat de voiture et la recherche ont fondamentalement changé le parcours vers le digital. BMW a récemment annoncé que le nombre moyen de visites chez le concessionnaires par transaction est tombé à seulement 1,2 , alors qu’il était auparavant de trois. Les gens arrivent complètement armés de leurs spécifications, de leurs caractéristiques et de leurs chiffres, et de la volonté de transiger davantage grâce aux communications électroniques. L’expérience physique et le temps passé en magasin, par lesquels un revendeur / vendeur peut vendre des «extensions de garantie» ou des «protection de la peinture», diminuent, ce qui compromettra également les profits. Construire la confiance et enrichir l’expérience d’achat de voiture à travers les outils et les services va être la clé.

Avec la confiance digital des utilisateurs à un niveau record, il sera intéressant de voir quels développements se produiront dans l’industrie automobile autour de la perturbation digitale dans les espaces physiques et digitaux. Une chose est sûre. Le changement arrive.

Les progrès technologiques abondent et perturbent les industries à travers le monde. La montée du client connecté transforme le paysage automobile traditionnel et crée une demande accrue pour des véhicules connectés qui répondent aux exigences de coût et de style de vie.

Équilibrant les exigences d’une base de consommateurs numériquement avancée, d’une économie en déclin et de budgets en baisse, l’industrie automobile locale est au bord du grand changement.

Les réflexions et les stratégies futures devront inclure des moyens d’équilibrer l’adoption de nouvelles technologies pour améliorer les ventes, amplifier le marketing et réduire les coûts, sans sacrifier les processus éprouvés et fiables qui menaceraient la continuité des activités.

Les perturbateurs digitaux affectant l’industrie automobile.

1. Le consommateur digital avertis

Ce n’est pas un euphémisme de dire que le principal moteur de l’évolution de l’industrie automobile est le client connecté.

Avant d’arriver au showroom de la concession, le consommateur averti a déjà fait des recherches approfondies sur la marque, le modèle et la couleur du véhicule qu’il souhaite, le modèle traditionnel de la concession ayant changé et les consommateurs ne passent plus des heures durant un week-end à chercher le véhicule qu’ils veulent.

Cela ne veut pas dire qu’Internet ne présente pas d’énormes opportunités. Dans un environnement concurrentiel digital, une plus grande collaboration entre les constructeurs automobiles et les concessionnaires devient essentielle pour attirer et fidéliser les clients. Internet offre un canal de distribution inégalé.

Non seulement cela minimise le nombre et les dépenses des points de vente, mais cela améliore le contrôle des stocks et étend considérablement la portée géographique.

2. Voitures pensant par elles-mêmes

Ce n’est pas seulement le client qui sera connecté, mais la voiture aussi. À l’avenir, les clients s’attendent à ce que la navigation et l’assistance au conducteur, comme l’atténuation des collisions, soient installées même dans la berline familiale la plus abordable. Et si la concurrence et l’innovation continuent au rythme actuel, nous verrons même les véhicules les plus abordables capables d’afficher des informations telles que les directions directement sur un écran transparent superposé sur le pare-brise.

Ce ne sera pas le fait que la voitures saura où se trouve le restaurant ou la station-service la plus proche qui changera l’expérience de conduite, mais qu’ils puissent eux-mêmes s’y rendre en évitant les accidents et les embouteillages. En fin de compte, la mise en peloton des voitures intelligentes devrait faire disparaître complètement les accidents et les embouteillages.

Pour ce faire, les véhicules intelligents (autonomes) resteront connectés indéfiniment au monde extérieur grâce à l’utilisation d’Internet des Objets (IoT). Nous verrons des lampadaires, des protocoles d’application sans fil (WAP) et d’autres véhicules communiquer en permanence avec une foule de dispositifs internes – surveillance du moteur, maintenance prédictive, logistique routière, capteurs visuels et navigation GPS pour n’en nommer que quelques-uns.

Selon vous, quels sont les principaux perturbateurs qui affectent l’industrie automobile ? Commentez cet article

 3. Un changement dans la segmentation du marché

La perturbation digitale et les progrès technologiques créent également un changement dans la segmentation du marché et les demandes de connectivité dans ces segments. Les clients ambitieux veulent toujours des véhicules semi-autonomes connectés qui régulent intelligemment leur consommation de carburant et leurs performances, sans avoir besoin de l’aide du conducteur.

Les marchés à faibles revenus et les primo-accédants recherchent l’efficacité énergétique avant les performances et les coûts avant la connectivité.

Cela ne veut pas dire que les acheteurs ambitieux ne veulent pas d’applications dans leurs voitures qui améliorent l’expérience de conduite, leur font gagner du temps et contribuent positivement à leur style de vie, mais ne seront pas le facteur déterminant dans leur décision d’achat .

En fait, l’abordabilité et la stabilité économique jouent un rôle clé pour l’acheteur ambitieux, car avant d’envisager l’achat d’un véhicule digital et connecté, il est fort probable qu’ils se tourneront vers des services de covoiturage comme Uber.

Dans le secteur premium, où la connectivité et les fonctionnalités l’emportent sur l’accessibilité, il est possible d’utiliser les avancées numériques pour commercialiser des services intelligents et à valeur ajoutée qui rendent le voyage plus transparent, moins frustrant et plus divertissant. Ce n’est que l’une des façons dont la perturbation digitale révolutionne les modèles de business dans l’industrie automobile, ce qui en fait des moments intéressants en effet.

Résumé
Comment le digital perturbe l'industrie automobile
Nom de l'Article
Comment le digital perturbe l'industrie automobile
Description
Comment le digital perturbe l'industrie automobile, à tous les niveaux. Les acheteurs de voitures sont de plus en plus connectés via différents systèmes numériques dans leurs parcours d'achat.
Auteur
Nom de l'éditeur
Metadosi

Nicolas
author

Après 22 ans dans le monde de l'automobile et après avoir créé plusieurs sites internet de vente de voitures, dont le premier en 1997, et les premières pages Facebook de garage automobile, mais aussi dans d'autres domaines, Nicolas décide de mettre son savoir faire en marketing digital au services des entreprises qui décident de renforcer leur présence sur Internet. Assurer la visibilité des clients sur le digital, en les accompagnant dans leur transformation digitale et augmenter leur taux de convertion en générant des leads qualifiés grâce au référencement Google de notre agence digitale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.